#Production#Textiles

Bonobo : le jean éco-responsable 

15 .04.2020

Eco-concevoir un produit accessible à tous

Eco-concevoir un produit accessible à tous

Pouvez-vous nous résumer votre démarche ?

Lorsque nous avons créé la marque Bonobo en 2006, nous avons réalisé que la mode présentait une vraie lacune en matière de jeans éco-responsables. Il fallait la combler. Ce n'est pas insurmontable de produire un jeans éco-responsable et cher. Tout notre enjeu était de le proposer à un prix accessible à tous.

Quelle a été votre méthode de travail ? Ses différentes étapes ?

Dès 2009 et bien avant tout le monde, nous avons mis en place et organisé le recyclage en créant des points de collecte de vêtements usagés dans les magasins Bonobo.

Nous avons ensuite développé fortement l'offre en coton bio. Et en 2015, nous avons formulé une stratégie développement durable à long terme que nous mettons en œuvre : 100% de coton éco-responsable, des usines compatibles avec les contraintes environnementales et sociales...

 

Avez-vous rencontré des freins ? Lesquels ?

Nous avons été confrontés à peu de freins, mais le principal a été lié à la conduite du changement : il a fallu faire évoluer le sourcing et accompagner nos collaborateurs dans cette démarche. Cela nécessite beaucoup de pédagogie au sein de l'entreprise mais aussi dans les usines et les pays avec lesquels nous travaillons. Mais aujourd'hui, de plus en plus de partenaires et de fournisseurs ont compris leur intérêt, sont prêts à investir dans de nouvelles technologies comme le délavage à l’ozone ou au laser.

Evidemment, ces nouveaux standards entrainent des coûts à chaque étape, il s'agit donc de trouver des solutions qui restent rentables. Il nous a aussi fallu, par exemple, revoir nos rétroplannings pour limiter le recours au transport aérien, cela exige par exemple de mieux anticiper les dates de création des collections.

 

Quels ont été les leviers de réussite ?

Sans hésitation l'engagement de l'équipe. Elle est principalement constituée de jeunes, très conscients des problèmes environnementaux. Notre offre est en phase avec leur savoir-être. La notion de collaboration est également essentielle. Par exemple, notre jean Rebirth, conçu à partir de jeans recyclés fait appel à des expertises multiples : collecteurs, filateurs, tisseurs et confectionneurs. On ne peut rien faire seul. Mais là encore, ce travail concerté est de plus en plus naturel.

Aujourd'hui, les industriels sont conscients qu'il faut travailler ensemble. Enfin, des outils comme EIME (logiciel d’analyse du cycle de vie), qui calculent l'impact écologique de nos délavages nous permettent de nous améliorer. Car tout ce qui se mesure s'optimise ! Nous travaillons maintenant sur un affichage environnemental qui permettra de mesurer l’ensemble de l’impact écologique d’un produit. Savoir qu'un produit est classé A, B, C, D ou E selon son impact pour l'environnement est une des clefs de sensibilisation du consommateur et des équipes à l’éco-conception.

 

Réfléchissez-vous à des pistes d'amélioration ?

Nous avons substitué au coton conventionnel, le coton bio et coton labellisé BCI (Better Cotton Initiative). Notre enjeu maintenant est de développer l’utilisation de matières recyclées. Comme nous le faisons déjà avec les jeans Rebirth et tout le rembourrage de nos parkas qui est en polyester recyclé.

De plus, l'objectif est de poursuivre la diminution de la consommation d'eau dans tous les produits Bonobo. Nous nous sommes fixé une réduction de moitié d'ici à 2024 et nous sommes à la moitié du chemin.

 

Merci à Xavier Prudhomme, directeur général de Bonobo.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?

Si vous souhaitez nous donner plus de détails, cliquez ici.