#Éco-conception#Matières

Kiabi : l'éco-conception guidée par la stratégie matière

03 .11.2020

Nous avons décidé de travailler en priorité sur la matière, qui est l’un de nos plus gros impacts environnementaux.

Nous avons décidé de travailler en priorité sur la matière, qui est l’un de nos plus gros impacts environnementaux.

Pouvez-vous nous résumer votre démarche ?

Nous avons initié notre démarche d’éco-conception il y a deux ans et il y a une vraie volonté de l’entreprise d’avancer sur ces sujets. À la suite d’analyses de cycle de vie menées sur nos produits, nous avons priorisé nos actions et avons décidé de travailler en priorité sur la matière, qui est l’un de nos plus gros impacts environnementaux. Nous souhaitons donc trouver des matières plus responsables pour nos produits. Nous travaillons notamment beaucoup sur le coton biologique.

Quelle a été votre méthode de travail ? Ses différentes étapes ?

Chez Kiabi, nous parlons de produit éco-conçu dès lors qu’il remplit au moins un critère d’éco-conception (choix d’une matière à moindre impact, réduction du nombre d’accessoires ou délavage denim en laser, par exemple). Pour nous, la porte d’entrée a été celle de la matière. C’est pourquoi, nous avons commencé par réaliser un sourcing de nouvelles matières, avec une logique d’ouverture sur ce qui est le plus efficace. Nous privilégions des matières plus naturelles, ou moins impactantes, ainsi que l’incorporation de matières premières recyclées (principalement à base de chute de production ou de bouteilles plastiques).

Nous sommes dans une démarche d’amélioration continue. C’est-à-dire que nous acceptons que nos produits ne puissent pas être parfaitement éco-conçus tout de suite. Ainsi, si nous changeons la matière lors d’une saison, nous travaillerons un autre point d’éco-conception la saison suivante, comme l’optimisation de la coupe, des accessoires, ou de la teinture.

Nous collaborons avec un parc de fournisseurs fiables et avec lesquels nous échangeons énormément.
 

Avez-vous rencontré des freins ? Lesquels ?

Nous avons dû lutter au début contre les fausses-croyances et les imprécisions en interne au sujet de nos impacts environnementaux et de nos matières. Par exemple, le coton biologique, utilise autant d’eau que du coton conventionnel et n’est donc pas intéressant pour réduire cet impact. Pour autant, sa production n’utilise pas d’engrais chimiques ou de pesticides et est donc plus vertueuse à ce niveau ; et c’est pourquoi nous le préconisons.

Ce travail s’est fait notamment via notre communication interne et externe. En interne, nous avons organisé des formations spécifiques sur ce sujet, notre objectif étant que 100% des équipes collections soient formées à l’éco-conception. En magasin, nous prévoyons de développer davantage d’information, en mettant notamment des tags sur les produits. 
 

Quels ont été les leviers de réussite ?

L’un de nos principaux leviers de réussite est l’adhésion massive des équipes de Kiabi à une stratégie qui a été activement portée par la direction générale.

Nous avons également fortement misé sur la pédagogie : pendant deux ans, des sessions de formation et de sensibilisation sur l’éco-conception des matières et de l’impact environnemental de Kiabi ont été réalisées par le service RSE et les équipes collection auprès des responsables de collection mais aussi leurs équipes. Cela a eu pour effet de susciter une adhésion forte à cette démarche, en renforçant la conviction des salariés déjà sensibilisés sur le sujet. Toutes les équipes sont maintenant alignées.
 

Réfléchissez-vous à des pistes d'amélioration ?

Nous sommes dans une logique d’amélioration continue, avec des objectifs fixés tous les 5 ans.

En 2020, 20% de nos produits sont éco-conçus, nous voulons :

- Passer à la vitesse supérieure et augmenter les points d’éco-conception de manière globale sur les produits Kiabi ;

- Agir sur les process de teinture et de lavage (nous manquons d’information) ;

- Adapter nos outils afin de permettre une analyse fiable de nos critères d’éco-conception ;

- Informer nos clients de nos actions sur les produits par voie d’étiquetage ou via nos argumentaires web.

L’innovation constitue également un puissant levier d’amélioration : nous sommes en veille sur toutes les nouveautés concernant la matière, notamment sur les matières alternatives plus durables (comme le chanvre par exemple). Pour cela, notre équipe matière dédiée participe à de nombreux salons, et discutent avec nos fournisseurs. La sensibilisation menée permet que ces enjeux dépassent le service RSE.

 

Merci à Sophie LEFEBVRE, Eco-developer de Kiabi.

 

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?

Si vous souhaitez nous donner plus de détails, cliquez ici.